Ecole Coccin'ailes
lieu dit Valle di Baniccia
20167
Tavaco
06 83 16 24 30


Le parapente, ça vient d'où? et comment ca marche?

 

le parapente, d'où ça vient?

1965 : le parapente est né
Grâce à David Barich, ingénieur américain pour l'U.S. AIR FORCE qui travaillait au projet de retour des navettes spatiales. Abandonné, ce projet fut employé par son inventeur pour la pratique du "Slope Soaring" le long des pente de skis avec 4,5 de finesse et un allongement de 8 !!! en simple surface. Mais l'essor de cette discipline ne démarra pas au profit de l'aile Rogalo, les 1er deltas firent leur apparition.

juin 1978:
Trois parachutistes du club d'Annemasse en Haute Savoie (BOHN, BETEMP et BOSSON) réalisent les premiers vols à partir du sommet du Pertuiset à MIEUSSY (74). A partir de là, et en moins de cinq ans, les parachutistes de la Fédération Française de Parachutisme en feront un sport nouveau : le Vol de Pente.

1979:
Création du 1er club de "Vol de pente" : Les Choucas à Mieussy (74) présidé par BOSSON.



mai 1980 :
Organisation du premier stage mondial et expérimental de "vol de pente" par Michel SARTHE à Mieussy. L'encadrement est assuré par M.DIDRICHE et M.SARTHE. Les premiers élèves sont BON, GANDIN, MAUSSY, HERAULT, TOURON, ZELASNY et Mo.SARTHE. 145 vols sont effectués sans problème. A partir de là, et en moins de cinq ans, les pionniers et la Fédération Française de Parachutisme en feront un sport nouveau : le Vol de Pente.

1984 : les 1er ailes
les 1ères ailes font leur apparition entraînant un sport jeune & audacieux.



Mais comment ca vole ce bout de chiffon?


COMPOSITION, FONCTIONNEMENT ET PERFORMANCES

Le parapente (5 à 15 Kg) est le plus simple planeur du monde puisqu'il se compose de 2 surfaces de tissus, l'intrado et l'extrado, qui se "gonflent" lors de la course d'envol du pilote dans une pente assurant un profil d'aile d'avion permettant la magie du vol.

Il n'y a donc pas de saut dans le vide comme en parachutisme, mais une course à pieds débouchant sur l'envol.
Deux poignées de freins tenues dans chaque main du pilote permettent en agissant simplement sur celles-ci de tourner à droite ou à gauche et de ralentir ou d'accélérer.

Le parapente permet de voler suivant les courants ascendants et de rester en l'air tant qu'il y a source d'énergie (soleil et/ou vent). Nous volons avec un taux de chute avoisinant le 1,1 mètre/seconde et planons sur une distance avoisinant les 8 à 8 Kms de longueur pour un dénivelé de 1.000 mètres (ce qu'on appelle la "finesse"), ceci sans tenir compte des vents et des ascendances.

Le parapentiste peut faire varier la vitesse de l'aile en actionnant les deux freins en même temps.

    * Freins relâchés, le parapente volera à sa vitesse maximum, cette vitesse peut être augmentée en utilisant l'accélérateur ou des trims.
    * La meilleure allure est généralement celle de la finesse maximale, c'est-à-dire le meilleur compromis entre taux de chute (vitesse de chute à l'intérieur de la masse d'air, qui peut elle-même se déplacer vers le haut ou le bas) et vitesse horizontale. C'est à la finesse maximum que le parapentiste peut aller le plus loin (il faut, cependant, tenir compte du vent et adapter sa vitesse : plus vite face au vent et inversement). Elle est obtenue par une certaine position des freins et dépend des caractéristiques aérodynamiques de l'aile.
    * En freinant davantage, le régime de taux de chute minimum est atteint. C'est là que la vitesse verticale par rapport à la masse d'air est la plus basse.

    * Si le parapentiste ralentit encore sa vitesse, son taux de chute augmente et il risque le décrochage. Le décrochage est une perte de la portance due à un angle d'incidence trop élevé, résultant souvent d'une vitesse trop faible. L'aile ne vole plus (sa vitesse horizontale est nulle). L'aile reprendra de la portance en diminuant progressivement le freinage. Cette sortie du domaine de vol est encore plus délicate à gérer avec une aile performante qu'avec une aile d'apprentissage.

Le décrochage, de toute façon, on fait pas , c'est mal! la preuve:

Mais moi je veux voler longtemps! comment faut faire?

Le parapentiste qui voudra progresser apprendra à utiliser les courants ascendants afin de remonter et prolonger son vol. Il existe 2 types de courants ascendants : les courants dynamiques et les courants thermiques, qui bien souvent se mélangent, et qui ne sont bien sûr jamais aussi simples dans la réalité que tels qu'on les modélise.

Le vol thermique consiste à utiliser des courants d'air ascendants(appelés « thermiques », « ascendances », « pompes » ou « bulles ») pour monter.

    * l'air chaud moins dense est plus léger que l'air froid

    * le soleil réchauffe de manière négligeable l'air directement mais le soleil réchauffe le sol de manière variable selon sa nature qui lui ensuite chauffe l'air au contact du sol par conduction.

    * lorsque qu'une masse d'air au contact du sol est suffisamment réchauffée, sa densité baisse, elle devient plus légère et s'élève si elle est entourée d'air plus froid

    * cette "bulle" d'air s'élève aussi longtemps que l'air environnant est plus froid 

    Les libéristes décrivent des spirales en vol, ils centrent le thermique afin de rester dans le courant d'air ascendant.


Vol dynamique

À la différence du vol thermique, le vol dynamique ne requiert pas le réchauffement du soleil pour l'exploitation d'ascendances.

Le vol dynamique (soaring) ou vol de pente consiste à utiliser le vent lorsqu'il rencontre un relief (falaise, montagne…). Face à cet obstacle le vent prend une trajectoire à composante verticale pour le surmonter et crée une zone ascendante dans laquelle les parapentes peuvent monter.

Le site à soaring le plus célèbre de France (et le plus fréquenté) est la dune du Pyla sur la côte atlantique d'où on utilise la brise de mer pour tenir le long du relief

parapente en corse du sud (Ajaccio), avec Coccin'ailes.Ludovic Massoc
coccin'ailes
lieu dit valle di Baniccia
20167 Tavaco
info@coccinailes.com
06 83 16 24 30